Thermolaquage Acier

Vous souhaitez réaliser une opération de thermolaquage sur une pièce en acier. Découvrez quelques informations concernant les propriétés anti-corrosion, les différentes teintes et les avantages de cette solution. Et n'hésitez pas à nous consulter si besoin.

Les propriétés anti-corrosion du thermolaquage sur l'acier

Les systèmes « poudre » existants sont applicables dans des domaines bien précis répondant à des besoins de protection des aciers, afin de donner une longévité accrue aux ouvrages réalisés. Les primaires poudres (qu’ils soient riches en zinc ou pas) permettent aujourd’hui de répondre favorablement à un grand nombre de projets soumis à des contraintes d’anticorrosion. Il est néanmoins conseillé de consulter un professionnel dans le cadre de votre projet. Leur formulation laisse aux constructeurs d’ouvrages métalliques la possibilité d’obtenir des revêtements en première couche résistant aux attaques de la rouille, ou empêchant la propagation de cette dernière. On peut alors passer à l’application de la couche finale.

Les teintes de décor pour le thermolaquage sur acier

La variété de teintes qui existe - qu’elle soit de couleurs, d’aspects (structuré, sablé, martelé, métallisé) ou de nature chimique (époxy pur, mixte ou polyester) - laisse un véritable choix aux concepteurs. Cela leur permet d’obtenir de leurs ouvrages un volet « décor » qui a aujourd’hui toute l’importance que l’on connait. Consultez-nous pour connaître toute la variété de teintes pour votre ouvrage en acier.

Les avantages du thermolaquage sur l'acier

L’avantage principal est l’utilisation quasi immédiate de la pièce revêtue. En effet après cuisson (polymérisation) et refroidissement de l’ouvrage, dès que ce dernier est revenu à des températures ambiantes,  (environ 30 °C) et donc manipulable, le revêtement est terminé. Et il a surtout toutes les caractéristiques nécessaires pour sa longévité. Ce qui n’est pas le cas pour une application en peinture liquide, qui elle va combiner une base et un durcisseur en réaction chimique. Et bien que ce type de finition soit « sec au toucher » (en 4 h en règle générale), la réaction chimique engagée entre base et durcisseur va durer 7 jours.

Le thermolaquage est quant à lui beaucoup plus rapide comme indiqué précédemment, ce qui lui confère une utilisation soutenue sur les réalisations métalliques de « base ». En effet le thermolaquage utilisant la polymérisation (cuisson), il faut que l’ouvrage ou la pièce l’admette. Ce type de revêtement n’est donc plus utilisable sur des ensembles complets montés de joints, ou roulement à billes ou tous autres matériaux ne supportant pas la température de cuisson.

L’augmentation continuelle de son utilisation en fait un acteur principal du revêtement de surface de nos jours. Et même si son utilisation est encore très récente, son développement ne peut que croître dans le temps au vu de son caractère écologique (que nous développerons plus tard).

Pas encore de commentaire

Laisser un commentaire